Une histoire de running qui démarre avec une corde

Athlètes*

Cette histoire de running parle davantage des mains que des pieds. Mais il s'agit du même sport, de la même motivation. La seule différence, c'est la présence d'une corde entre les mains. À chaque foulée, elle transmet les notions de camaraderie, d'encouragement et de passion d'un bout à l'autre.

Dernière mise à jour : 1 avril 2022
7 min. de lecture

« Les bienfaits du running dans ma vie ne sont pas uniquement physiques. Le running me force à sortir et m'empêche de moisir chez moi », explique Youyou, un runner malvoyant et membre de Lan Jingling (qui signifie « esprit aux yeux bleus »), une association caritative en faveur des sports inclusifs. Lan Jingling a été créée il y a maintenant cinq ans par un groupe de pacers.

Les guides derrière les adeptes du running ayant une déficience visuelle

Remarque : tous les runners et runneuses souffrant de déficience visuelle ont besoin de l'aide d'au moins une escorte pour atteindre différents objectifs. Les personnes malvoyantes comme Youyou qui préparent un marathon ont besoin d'au moins trois partenaires : un pacer, un runner qui court en tête et un runner qui court à l'arrière. Avec une répartition claire des tâches et une coopération tacite, la formation qu'ils composent assure aux athlètes souffrant de déficience visuelle une allure sûre et stable.

Yachi joue le rôle de pacer pour Youyou depuis plusieurs années. Lorsqu'ils ont essayé de courir pour la première fois avec une corde de 30 cm entre eux, ils n'arrêtaient pas de se rentrer dedans. Mais aujourd'hui, on dirait deux clones quand ils courent. Lorsqu'ils se préparent pour une compétition, d'autres accompagnants les rejoignent pour créer toute une formation de runners. Ensemble, ils en ont vu des matins, des crépuscules, des hivers rigoureux et des étés caniculaires. En dehors des pistes de running, il n'y a pas de corde ni de formation, mais c'est autre chose qui les lie (un lien invisible cette fois).

Les guides derrière les adeptes du running ayant une déficience visuelle

« Je les regarde. »

Youyou explique que lorsqu'il ne publie pas de selfie, c'est certainement qu'il est dans un mauvais jour.

Cela n'a rien de surprenant, car comme le dit Youyou, il ne lui manque rien dans sa vie, même pas la vue. C'est juste que Youyou « regarde » les choses d'une manière différente.

À 21 ans, il est annotateur de données dans l'IA, un genre de professeur qui apprend à l'IA à comprendre les besoins humains de manière plus précise.

Les guides derrière les adeptes du running ayant une déficience visuelle
Les guides derrière les adeptes du running ayant une déficience visuelle

Mais dans le monde réel, c'est lui l'élève, plein de curiosité et qui a soif de comprendre et de tout essayer.

Il aime photographier les moments précieux de la vie. Avec l'aide d'un assistant vocal, il est passé maître dans l'art de prendre des photos avec un téléphone portable. Il fait des selfies avec des amis, des clichés marrants de ses voyages et des photos de ses runs matinaux et de paysages marins balayés par le vent.

Les guides derrière les adeptes du running ayant une déficience visuelle

Très sociable, Youyou organise souvent des rencontres entre adeptes du running, en chair et en os. Même s'il n'arrive pas à voir le visage des autres runners et runneuses, au bout de quelques mots, il arrive rapidement à identifier les personnes avec lesquelles il a échangé des messages vocaux en ligne. « Je les regarde », insiste-t-il.

Les guides derrière les adeptes du running ayant une déficience visuelle

Corde

Le running est une autre fenêtre à travers laquelle Youyou peut « voir » le monde.

En plus de Yachi, Yao Ying et Xiao Yu'er escortent également Youyou au sein du groupe Lan Jingling. En dehors des événements de running réguliers, elles accompagnent souvent Youyou à l'entraînement, l'aidant à progresser petit à petit et à atteindre ses objectifs personnels.

À l'entraînement, Yao Ying court devant, Yachi est à la gauche de Youyou et Xiaoyuer à l'arrière. Vue de derrière, cette formation solide semble entourer Youyou. Mais en réalité, ils sont tous entourés d'une force indestructible : l'amitié.

Les guides derrière les adeptes du running ayant une déficience visuelle
Les guides derrière les adeptes du running ayant une déficience visuelle

« Le ou la pacer doit être plus rapide que le runner ou la runneuse souffrant de déficience visuelle pour veiller à ce qu'il ou elle puisse courir en toute sécurité et progresser », explique Yachi. Il est le plus ancien partenaire de course de Youyou, et ensemble, au-delà de l'entraînement physique, ils ont travaillé dur pour créer une véritable « connexion » entre eux, précise-t-il.

Lorsqu'ils courent, une corde bleue de 30 cm de long relie le poignet gauche de Youyou au poignet droit de Yachi. Ils avancent à l'unisson, comme s'ils étaient le miroir l'un de l'autre, en utilisant la corde comme un mode de communication.

Lorsque la longueur de foulée et l'allure de Yachi et de Youyou concordent, la corde se détend naturellement, ce qui leur indique qu'ils sont « sur la même longueur d'onde » et parfaitement synchro. « Lorsque deux personnes sont sur la même longueur d'onde, pas besoin de parler beaucoup de running », explique Yachi.

Les guides derrière les adeptes du running ayant une déficience visuelle

Les bénéfices de la corde sont partagés.

Grâce à cette corde, le running n'est plus une quête solitaire, explique Yachi. Pour que la corde ne soit jamais tendue, il doit s'entraîner dur de son côté pour être sûr de pouvoir faire face à divers scénarios. « Mais je ne le fais pas par charité, affirme-t-il. Chacun y trouve son compte. Je ne l'aide pas seulement à progresser : il me pousse également à persévérer et à être fort. »

Les guides derrière les adeptes du running ayant une déficience visuelle

Plus que des runners

Alors que Youyou a le sentiment que la jeune génération « vit » de manière virtuelle à travers les téléphones portables, ses amis, eux, sont bien réels.

« Yachi, tata Yao et Xiao Yu'er sont plutôt des guides qui m'aident à explorer le monde », explique-t-il. Certes, le running lui permet de sortir de chez lui, mais cela lui donne encore plus envie de retrouver ses partenaires en dehors des runs.

Ensemble, ils vont faire du karaoké, tester les nouveaux restaurants à la mode et visiter les banlieues, pour que Youyou puisse « ressentir le bruit » qui règne à l'extérieur de la ville. « Au bout de tant d'années, je ne suis plus simplement un partenaire de running, mais plus comme un ami, un membre de la famille », ajoute Youyou.

L'entraînement n'est plus la seule raison pour laquelle ils courent. Le running leur permet aussi de passer du temps ensemble, en tant qu'amis.

Les guides derrière les adeptes du running ayant une déficience visuelle
Les guides derrière les adeptes du running ayant une déficience visuelle

Lorsqu'ils sortent manger, Youyou explique qu'il n'aime pas vraiment les restaurants qui font trop attention au fait qu'il soit malvoyant. Ce type d'« attention excessive » le met mal à l'aise.

Yachi, Yao Ying et Xiao Yu'er savent tous combien Youyou est avide de nouvelles expériences et ils se creusent souvent la tête pour essayer de trouver de nouvelles idées.

Les guides derrière les adeptes du running ayant une déficience visuelle

Parfois, ils emmènent Youyou tout au bout de la digue pour qu'il puisse sentir le vent venant de la mer. Ils franchissent les barrières de sécurité pour qu'il puisse sentir cette bouffée d'adrénaline l'envahir. Une fois qu'elle est bien présente, ils vont courir un peu.

En physique, lorsque des ondes sonores de la même longueur se rencontrent, elles résonnent à la même fréquence et génèrent des oscillations plus fortes. C'est cette résonance qui s'est produite entre Youyou, Yachi, Yao Ying et Xiao Yu'er. S'ils continuent à courir ensemble de cette façon, quelles autres expériences vont-ils encore pouvoir vivre ? Quels que soient les progrès effectués, quelles que soient les compétitions palpitantes qui les attendent, le running leur a permis de tisser des liens et de se lancer ensemble dans l'inconnu, ce qui en soi est déjà une grande victoire.

Articles associés

Pris sur le vif : en quête d'adrénaline avec Leonora Manzano

Athlètes*

En quête d'adrénaline : Leonora Manzano vivait à 100 à l'heure jusqu'à ce qu'elle découvre le...

Cinq conseils d'experts en santé mentale pour faire face au burnout

Coaching

Que faire lorsque vous êtes à bout

L'effet placebo à l'œuvre

Coaching

Profitez des bienfaits de l'effet placebo

Pourquoi et comment accepter l'incertitude selon des experts en psychologie

Coaching

Tirez profit de l'incertitude

Six habitudes pour avoir l'état d'esprit d'un athlète

Coaching

Renforce ton mental pour ne plus avoir de doutes