Passer au contenu. (Appuyer sur Entrée)
Athlètes*

Paniers filmés : découvrez le nouveau vidéaste du streetball parisien

Découvrez Mister Pvris, le showman délirant qui documente la scène du streetball dans sa ville.

Rencontez Lamine Conté, le nouveau cinéaste de streetball à Paris

« Pris sur le vif » est une série vous présentant des athlètes provenant des quatre coins du monde.

Si le basketball est un sport international, les codes du streetball s'écrivent à l'échelle locale, sur les playgrounds des villes autour du globe. Les joueurs parisiens ont un style exubérant qui n'appartient qu'à eux sur le terrain, et c'est exactement ce que le vidéaste de 23 ans Lamine Conté, alias Mister Pvris, a voulu montrer lorsqu'il a commencé à décrire la scène streetball dans sa ville natale. Filmant depuis les lignes de touche, ou tout en jouant, Lamine court les matchs de basketball aux quatre coins de Paris pour capturer des moments à la fois intimes et magiques qui saisissent l'ambiance, l'énergie et le style du jeu parisien, et offrir un portrait sans filtre d'une communauté sportive ancrée sur le bitume.

Entre deux matchs sur le playground de Stalingrad dans le 19e arrondissement, Lamine est assis, les pieds sur un banc. Notre conversation est régulièrement interrompue par des joueurs et des passants qui s'arrêtent pour le saluer. Puis Lamine repart. Un nouveau match commence.

As-tu toujours été un passionné de basketball ?

Autrefois je jouais seulement au football. Même si la majeure partie de mes amis préféraient le basket quand j'étais au collège, j'ai toujours préféré le foot. Je trouvais que le basket était réservé aux grands, et j'étais encore plutôt petit à l'époque. Je ne m'y suis mis qu'à l'âge de 14 ans, et je n'ai plus jamais arrêté. J'ai commencé tard, et j'ai mis du temps à atteindre un certain niveau. J'étais non seulement le dernier à avoir rejoint l'équipe, mais il m'a aussi fallu une éternité pour commencer à maîtriser le jeu. Je n'ai pas trouvé d'entraîneur prêt à croire en moi avant mes 16 ans. Un ex-basketteur et mentor local, Mohammed, m'a pris sous son aile, et c'était un pari osé étant donné que j'avais un jeu de piètre qualité pour un âge déjà avancé. Mais il a dû déceler quelque chose dans ma passion et ma motivation. Cet été-là, tout a changé pour moi. Je suis ensuite devenu suffisamment bon pour partir aux États-Unis et tenter ma chance dans des camps d'été et des clubs amateurs.

Quel est ton style de jeu sur le terrain ?

Je suis plutôt un joueur offensif. Tir en dehors de la raquette, trois points, drive... j'aime toutes les actions de jeu. Par contre je ne suis pas trop défensif. Chacun son job sur le terrain.

Rencontez Lamine Conté, le nouveau cinéaste de streetball à Paris
Rencontez Lamine Conté, le nouveau cinéaste de streetball à Paris
Rencontez Lamine Conté, le nouveau cinéaste de streetball à Paris

Et comment as-tu commencé à filmer ?

Je voulais montrer l'esprit compétitif qui anime les playgrounds parisiens. Tout a commencé lorsque j'ai mis en ligne une vidéo où on me voit dunker sur un adversaire et le chambrer méchamment alors que je remonte le terrain. La vidéo est devenue virale sur Twitter, et mon projet est devenu réalité du jour au lendemain. Je n'étais pas trop branché sur les réseaux sociaux, mais j'ai dû tout créer en quelques jours à peine, du logo au nom de la chaîne en passant par les choix éditoriaux. J'ai décidé d'essayer de faire porter un micro aux joueurs quand je le pouvais, ça rendait le jeu plus excitant. Ma mission est maintenant de tout donner sur le terrain, et plus important encore, je veux aider à documenter ce sport avec autant d'enthousiasme que j'en ai à le jouer. J'apporte cette énergie sur le terrain, et je chambre beaucoup quand je suis spectateur. S'il y a une chose que j'ai apprise en jouant aux États-Unis, c'est de toujours veiller à ce que les gens prennent du plaisir à voir un match.

« Tout a commencé lorsque j'ai mis en ligne une vidéo où on me voit dunker sur un adversaire et le chambrer méchamment alors que je remonte le terrain. »

Rencontez Lamine Conté, le nouveau cinéaste de streetball à Paris

Que penses-tu du tournoi de streetball Quai 54 organisé chaque année à Paris ?

Chapeau à Hamadoune Sidibé pour avoir mis en place le meilleur tournoi de streetball au monde. Cette compétition est une source de fierté pour tous les basketteurs de la ville. Le niveau est hallucinant, l'atmosphère est hors du commun, et tout le monde le sait. Je connais les organisateurs, et Hamadoune est un mec cool, même s'il croit que j'ai deux mains gauches. C'est juste un gros chambreur. Je jouerai un jour sur le tournoi. Il incarne totalement l'esprit du jeu comme on l'aime à Paris. C'est un vrai concentré d'énergie tout du long, c'est fun et les spectateurs sont magiques.

Articles associés

La joueuse de rugby mexicaine María Pruijn défie toutes les attentes

Athlètes*

Casser les stéréotypes : une joueuse de rugby mexicaine bouscule les préjugés

Pris sur le vif : trouver sa communauté grâce au netball avec Maggi Gao

Athlètes*

Brooklyn : l'esprit de communauté règne sur le terrain de netball

Pris sur le vif : famille, cricket et communauté avec Derick Narine

Athlètes*

Terres ancestrales : comment ce joueur de cricket de New York honore son héritage caribéen

Pris sur le vif : quand les jumelles Garate dominent le handball

Athlètes*

Wonder Twins : rencontrez les sœurs jumelles qui dominent la scène new-yorkaise du handball...

Pris sur le vif : en quête d'adrénaline avec Leonora Manzano

Athlètes*

En quête d'adrénaline : Leonora Manzano vivait à 100 à l'heure jusqu'à ce qu'elle découvre le...