SNEAKRS

....
  • Aide

NIKE BASKETBALL, JORDAN ET CONVERSE

ART OF A CHAMPION
Si la beauté est subjective, le talent est indéniable : c’est la marque d'un champion. Comme les grands artistes, les grands joueurs aspirent à créer le chef-d'oeuvre qui les définira, celui qui leur permettra de graver à tout jamais leur nom dans les annales. Dans le cadre de la collection Champions Think 16, Nike, Jordan et Converse présentent Art of a Champion, une collection de seize interprétations individuelles d'artistes qui rendent hommage aux seize performances intemporelles de seize des plus grands champions du basketball.
Un an après avoir manqué les playoffs pour la première fois en dix ans, Kobe porte sur ses épaules le destin des Lakers. Lors du 4e match des playoffs de 2006 contre les Suns, il s'offre les prolongations en effectuant un double-pas à la dernière seconde, mais les Lakers ont encore un point de retard à 6,1 secondes de la fin du temps supplémentaire. Kobe se dirige alors vers la droite, bondit au-dessus de deux défenseurs et inscrit le panier gagnant au moment même où le buzzer retentit. Sa performance assoit alors son statut de superstar dans la ville des stars, où il signera bien d'autres coups de maître sous les couleurs des Lakers.
Avant de rejoindre la NBA, Dr. J maîtrisait déjà parfaitement les lois de la physique, mais ne s'en était jusque-là servies que sur les terrains de Harlem. En 1980, le monde découvre ce talent caché avec un enchaînement fluide de gestes, qui marqueront le match 4 des finales de NBA. Se propulsant jusqu'à la ligne de fond en plein milieu du 4ème quart-temps, il soulève le ballon d'une seule main, pour taquiner la défense des Lakers avant de le ramener sous le panier et de marquer à la cuillère en utilisant le panneau. Même si Dr. J et les Sixers ne gagnent finalement pas le championnat, ses coups d'éclat au sein de l'équipe des All-Stars ont permis à la NBA de découvrir le style spectaculaire qui a fait la renomée du basket issu de Harlem.
Bien décidé à offrir aux Pistons leur premier titre depuis 1990, Rasheed prend les choses en main lors d'un 4e match physique au cours des finales de 2004 au Palace. Victime d'un coup de coude sournois à la moitié du troisième quart-temps, il décide de transformer sa colère en motivation pour décrocher la victoire. Sa performance hors norme contribue à ramener un titre durement gagné à Motor City, et inscrit à jamais la AF1 dans l'histoire de ce sport. Elle est désormais représentative de son assurance, de sa détermination et de son jeu sophistiqué.
Les finales de 2014 étaient annoncées comme un combat au sommet entre les très expérimentés joueurs des Spurs et la prestigieuse équipe des Heat, mais c'est finalement le jeune Kawhi Leonard qui emporte San Antonio vers la victoire avec un jeu aussi éblouissant qu'inattendu. En marquant 29 points dans le match 3, il donne l'avantage aux Spurs, qui profitent de l'élan pour remporter la compétition. Nommé MVP des finales, sa performance représente un passage de flambeau et annonce un futur radieux : il incarne la nouvelle génération de l'équipe des Spurs.
Avec pas moins de 11 titres en NBA, le palmarès de Bill Russell est synonyme de suprématie et de gloire. Pourtant les statistiques qui illustrent le mieux sa carrière restent les 30 points et 40 rebonds qui ont offert la victoire aux Celtics dans les prolongations du match 7 en 1962. En aidant Boston à remporter son 4ème titre consécutif et établir ainsi un règne qui durerait plusieurs décennies, Russell a élevé la Chuck Taylor au rang d'icône : la meilleure chaussure de basketball, portée par le meilleur joueur.
Avec deux victoires consécutives en NBA, les Bulls sont sur le point de réaliser le célèbre « three-peat », un rarissime triplé. Dominateur durant toute la durée du match 2 des finales de 1993, Pippen deviendra le 12ème joueur de l'histoire à réaliser un triple-double dans un match de finale. En bloquant un tir à trois points de dernière minute, il évite le match nul et permet aux Bulls de prendre l'avantage 2-0 avec la victoire en point de mire. À la veille de la retraite de Jordan, Pippen prouve par cette performance qu'il est capable de prendre ses responsabilités et de mener les Bulls avec brio.
Le célèbre panier à trois points de Ray Allen n'a rien d'un miracle. Même si le ballon semble s'extirper difficilement de la cohue pour atterrir par hasard au coin du terrain à quelques secondes de la fin du match 6 des finales de 2013, Allen s'est entraîné toute sa vie à perfectionner ses tirs pour être prêt à ce moment précis. Son panier à trois points permet l'égalisation et renverse la vapeur pour les Heat, qui remportent un nouveau titre consécutif. Miami a trouvé son sauveur.
Avec un match de retard (2-1) contre les Lakers lors des finales de 1984, les Celtics de Boston n'ont pas encore trouvé l'élément déclencheur. Alors que Kurt Rambis, le joueur de Los Angeles, s'élance pour terminer une contre-attaque fulgurante sur un dunk, Kevin McHale commet une faute dangereuse qui envoie le joueur des Lakers au sol et déclenche une bagarre animée entre les deux équipes. Considéré par plusieurs joueurs des Lakers comme la raison de leur défaite dans ce match et dans cette série, le geste de McHale devient prétexte à vengeance et détourne l'équipe de son objectif dans ce qui deviendra l'une des rivalités les plus commentées entre l'Est et l'Ouest. Avec cette faute personnelle, McHale annonce la couleur : lorsque le titre est en jeu, chaque panier doit se mériter.
Après l'élimination de son équipe en 1971 et 1975, Wes Unseld est déterminé à renverser la tendance lors des finales de 1978 contre les Supersonics de Seattle. À l'issue d'un éreintant jeu de ping-pong entre les deux équipes qui se termine sur un 7ème match décisif à Seattle, ce sont les deux lancers francs d'Unseld vers la fin du match qui assurent finalement son tout premier titre au club de Washington D.C. Malgré une moyenne peu remarquable de 9,0 points et 11,7 rebonds, l'expérience d'Unseld et ses qualités humaines sur le terrain lui vaudront le titre de MVP des finales, et une place parmi les plus grands joueurs de basket de tous les temps.
Avides de réussite après s'être inclinés face aux Lakers lors des finales de 1982, les Sixers créent l'événement en alignant Moses Malone, un joueur qui, bien que brillant, divise l'opinion. Au début des playoffs, faisant montre d'un aplomb insolant, Malone prédit que Philadelphie remportera le titre de 1983 en concluant chacune des trois séries sur au moins quatre victoires : le célèbre « fo', fo', fo' ». Après avoir battu les Knicks en quatre matchs, puis les Bucks en cinq, les 24 points et 23 rebonds de Malone dans le match 4 contre les Lakers assurent aux Sixers leur troisième titre de champion de la NBA. Alors que Philadelphie soulève le trophée, Malone, l'un des six premiers joueurs choisis pour porter la AF1 sur le terrain, s'exclame « fo', fi', fo' » pour « quatre, cinq, quatre ». Un résultat qui résonnera, telle une incantation, dans les rues de la ville pour les années à venir.
En 2011, à peine six mois après avoir été sélectionnée comme premier choix de la draft, Maya Moore touche du doigt son premier titre WNBA. Lors d'un match 3 décisif, elle marque un panier à trois points dans les dernières secondes, qui offre aux Lynx leur tout premier titre de champion. Sa performance est l'aboutissement d'une ascension fulgurante et l'incarnation d'une mentalité de gagnante, qui se révèle dans les grands moments de basketball.
À 6 min 15 de la fin du match 5 des finales de la Conférence Est de 2007, LeBron a de toute évidence un déclic, qui le mènera à s'emparer du match lors d'une performance sans précédent. Il signe alors 29 des 30 points de son équipe, dont l'intégralité des 18 marqués dans les prolongations, offrant à lui seul la victoire à son club lors d'un match interminable. Ce n'est pourtant que sa première apparition en finales NBA. La LeBron Soldier 1 a été spécialement conçue pour résister à de tels affrontements, car ce jour-là, le monde entier a été témoin d'une prouesse qui marquait le début d'une carrière exceptionnelle, placée sous le signe de la conquête.
Dans un match 6 qui s’avère décisif pour les finales de la Conférence Ouest, KD prend le dessus en marquant 34 points et 14 rebonds qui permettent à son équipe de rattraper un écart de 18 points à la mi-temps et lui ouvrent les portes de ses toutes premières finales. Après avoir éliminé les Mavericks, champions en titre, ainsi que les Lakers de Kobe, KD et les Thunders rattrapent leur retard sur les très expérimentés Spurs pour finir la série sur une victoire 4-2. Le moment est historique : pour la première fois depuis 13 ans, aucune de ces trois équipes ne représentera la conférence Ouest aux finales NBA. Bien que le titre échoue finalement aux Heat de LeBron, KD démontre avec cette performance qu'il fait partie des plus grands et acquiert une expérience qui lui sera très précieuse dans les finales cinq ans plus tard.

AIR FORCE 270

L'ÉTALON-OR
Il y a les All-Star, les MVP, les joueurs inscrits au Hall-of-Fame, et puis il y a les Champions, ceux qui soulèvent la récompense ultime du basketball. Pour chaque joueur, le célèbre trophée plaqué en or 24 carats représente un titre différent de tous les autres, celui qui fait une carrière. « Gold standard » s'inspire du trophée Larry O'Brien pour rendre hommage à l'excellence dont fait preuve chaque champion NBA.